La Caverne

Premier spectacle du collectif destiné au "jeune public », La Caverne est né d’une question qui était déjà au centre de notre dernier spectacle. : « Quel rapport entretenons-nous aujourd’hui avec les images, celles qui composent nos souvenirs et nos rêves comme celles que véhiculent les médias grands public ? ».

Inspirée par l’allégorie de la Caverne de Platon, La Caverne est une fable qui incite à regarder le monde autrement que par le prisme de son ordinateur et de Google. Établissant une analogie entre le théâtre des ombres projetées sur le mur de la caverne et le flux des images que nous regardons quotidiennement, elle invite à réfléchir aux outils qui font partie de nos vies et aux contenus qu’ils nous proposent.

Ce nouveau projet est aussi l'occasion d'une rencontre inédite, celle du collectif et d'un public familial. L’absence de quatrième mur, les allers retours entre la fiction et le présent de la représentation, l’improvisation, l’engagement des acteurs dans une adresse directe avec les spectateurs, l’humour comme outil de prédilection pour mettre en jeu des problématiques sérieuses, sont autant de partis pris que nous sommes impatients de partager avec les enfants et les adultes qui les accompagneront.

Création collective de l'Avantage du doute dirigée par Nadir Legrand 

Texte
Nadir Legrand

en collaboration avec les acteurs 
Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Émilie Lafarge et Christophe Paou.

SCÉNOGRAPHIE
Delphine Sainte-Marie

CREATION LUMIERES
Jérôme Perez

VIDEO
Kristelle Paré et Baptiste Klein

CREATION COSTUMES
Marta Rossi

REGIE GENERALE
Wilfried Gourdin

CO-PRODUCTION
L'Avantage du doute, Le Bateau Feu – Scène nationale Dunkerque,
le Théâtre de Nîmes, le Théâtre de Lorient Centre dramatique national et Le Théâtre de la Bastille

Avec le soutien du Fonds SACD Théâtre.

Ce texte est lauréat de l'Aide à la Création de textes dramatiques - ARTCENA.

TOURNÉE
création en février 2018 au théâtre de Nimes, Le Quai - Angers, Le Bateau feu - Dunkerque, CDDB Théâtre de Lorient, Théâtre de la Bastille - Paris


Télécharger le dossier

Le dieu Theuth, inventeur de l'écriture, dit au roi d'Égypte « Voici l'invention qui procurera aux Égyptiens plus de savoir et de mémoire : pour la mémoire et le savoir j'ai trouvé le Pharmakon qu'il faut ».

Et le roi répliqua : « Dieu très industrieux, autre est l'homme qui se montre capable d'inventer un art, autre celui qui peut discerner la part de préjudice et celle d'avantage qu'il procure à ses utilisateurs. Père des caractères de l'écriture, tu es en train, par complaisance, de leur attribuer un pouvoir contraire à celui qu'ils ont. Conduisant ceux qui les connaîtront à négliger d'exercer leur mémoire, c'est l'oubli qu'ils introduiront dans leurs âmes.

Phédre-370 avant J.C.