Nous sommes un
collectif d'acteurs.
Nous jouons et
écrivons ensemble.

Nous avons créé un premier spectacle, Tout ce qui nous reste de la Révolution, c’est Simon, puis, La Légende de Bornéo, autour de la question du travail et nous venons de créer notre troisième projet Le Bruit court que nous ne sommes plus en direct.

 

 

Qu’entend
L’Avantage du doute
par «collectif» ?

La création de notre groupe répond tout d’abord à une nécessité, politique au sens large, que nous partageons, celle d’appartenir à un collectif.
Notre groupe est celui de la prise de pouvoir d’acteurs-auteurs qui vivent le processus de création de leurs pièces comme un exercice concrètement démocratique.
Le texte final est indissociable de ce que nous sommes/pensons/questionnons ; nous faisons corps avec la pièce. A l’image de notre processus, s’invente alors sur le plateau un théâtre qui déplace nécessairement la position du spectateur ; un théâtre où ceux qui écoutent sont pris à témoin, interpellés globalement comme partenaire principal.

L’Avantage du doute en quelques dates

2003

Nous nous rencontrons lors d’un stage dirigé par le collectif flamand Tg STANau Théâtre Garonne à Toulouse.

 

2005

A nouveau réunis par Franck Vercruyssen de Tg STAN, nous créons collectivement
le spectacle  L’Avantage du doute au théâtre de la Bastille et à l’Agora d’Evry.

 

2006

Tournée de L’Avantage du doute en Suisse
(festival la Bâtie à Genève et théâtre de l’Arsenic à Lausanne ).

 

2007

Nous créons le collectif « L’Avantage du doute ».
Hélène Cancel nous accueille au Bateau Feu à Dunkerque  pour une résidence.
Une coproduction avec la Comédie de Béthune  se met en place pour la saison suivante.
La Ferme du Buisson s’engage à nous accueillir 15 jours en résidence.

 

2008

Création de notre premier spectacle
Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon
à la Comédie de Béthune, et au Bateau Feu à Dunkerque.

 

2009/2010

Nous jouons Tout ce qui nous reste de la Révolution, c’est Simon au Théâtre de la Bastille
(trois soirs en mars 2009 puis trois semaines en juin 2010),
et au Lieu Unique à Nantes (deux semaines en décembre 2010).

 

2010/2011

Nous continuons à jouer Tout ce qui nous reste… au Théâtre-Studio d’Alfortville,
en tournée CCAS, et à Chambéry, Nîmes, Caen…

 

2012

Création  de La légende de Bornéo  au Théâtre de la Bastille  en janvier  2012,
puis au Théâtre de La Commune et au Théâtre-Studio d’Alfortville  en juin 2012.
Tournée CCAS de Tout ce qui nous reste… en juillet.

 

2012/2013 et 2013/3014

Tournée  des 2 spectacles au répertoire (Théâtre St Gervais de Genève,
Théâtre Garonne à Toulouse, Théâtre de Nîmes, Lieu Unique à Nantes, Comédie de Béthune,
Château-Gontier, Brétigny, Rochefort, Ajaccio, Clermont L’Hérault…) et résidences d’écriture du troisième spectacle.

 

2014/2015

Résidences d’écriture et de recherche sur le nouveau projet.

 

Novembre  2015

Création de Le bruit court que nous ne sommes plus en direct au Bateau Feu,
scène nationale de Dunkerque.

 

2015/2016

Tournée de Le bruit court que nous ne sommes plus en direct et de Tout ce qui nous reste de la revolution, c’est Simon

 

2016/2017

Tournée de Le bruit court que nous ne sommes plus en direct et de Tout ce qui nous reste de la revolution, c’est Simon

 

2017/2018

en cours ...

 

Simon Bakhouche

Il a été au siècle dernier clown dans les cirques, et même partenaire de Achille Zavatta. Depuis, de Racine à Dubillard il a fait l’acteur dans une trentaine de pièces et une vingtaine de films. Ces dernières années il travaille avec 2 collectifs : Les Possédés (Oncle Vania, Merlin, Tout mon Amour…) et bien sûr L’Avantage du Doute. Christian Rist, les belges de TG Stan, Steve Kalfa et Rodolphe Dana sont des artistes qui ont compté pour lui ainsi qu’une bouleversante parenthèse avec Denis Podalydès et Emmanuel Bourdieu dans L’Homme qui se Hait à la MC d’Amiens et Chaillot.

 

Mélanie Bestel

Après une licence d’art du spectacle, elle devient assistante à la mise en scène de Michel Raskine. Puis elle entre au Compagnonnage (dispositif d’emploi et de formation créé à Lyon par la compagnie les 3/8), durant lequel elle participe aux spectacles de Sylvie Mongin-Algan. Elle joue dans des créations de Gwenaël Morin, Claire Rengade et Christian Geoffroy-Schlittler. En 2007, elle participe à la création de l’association nÖjd à Lyon, avec laquelle elle met en scène la Musica deuxième de M. Duras, et joue dans Les Chevaliers et Yvonne Princesse de Bourgogne de Gombrowicz mis en scène par G.Bailliart. En 2014, elle commence à travailler avec le Groupe Fantomas à Lyon, et en 2015 avec le metteur en scène Halory Goerger, pour la création de son spectacle Corps Diplomatique.

 

Judith Davis

Pendant son DEA de philosophie à la Sorbonne, elle suit le travail d’Armand Gatti puis entre à l’Ecole de théâtre Claude Mathieu. Au cinéma, elle tourne dans Jacquou le croquant de Laurent Boutonnat, Je te mangerais de Sophie Laloy, Le Week-end de Roger Michel, Viva la liberta de Roberto Ando, Made in France de Nicolas Boukhrief, A une heure incertaine de Carlos Saboga et Nos Arcadies d’Arnaud Desplechin. A la télévision, elle joue pour O. Schatzky, L. Heynemann, G. Mordillat, V. Sauveur. En 2006, elle adapte Nusch, d’après Paul Eluard, avec Franck Vercruyssen du Tg STAN et la chorégraphe A-T de Keersmaeker. Puis elle met en scène Les Dessous au Ciné13, Je suis le Chien Pitié (Bateau-Feu, Dunkerque) et collabore à plusieurs projets de la compagnie portugaise Mundo Perfeito, notamment Yesterday’s Man et Long Distance Hotel.

 

Claire Dumas

Après des études de Lettres, elle suit la formation de l’Atelier volant au Théâtre National de Toulouse, jouant au sein de la maison et en tournée. Au théâtre, elle travaille notamment avec Xavier Marchand, Jacques Nichet, Thierry Roisin, Tg Stan, Judith Davis, Frédéric Sonntag, et Thomas Rathier. Elle a conçu et joué avec Olivier Waibel Papa passe à la télé et J’entends plus les guitares d’après les Lettres de Tanger de William S. Burroughs. Elle joue aussi pour le cinéma et la télévision pour Katia Lewkowicz dans Tiens toi droite, Xavier Legrand dans Avant que de tout perdre, Cathy Verney dans Hard,...

 

Nadir Legrand

En 1996, après la classe libre de l’Ecole Florent, il rejoint Eric Ruf et 20 autres jeunes comédiens pour créer la compagnie d’Edvin(e). Ils écrivent et jouent Du désavantage du Vent et Les belles endormies du bord de scène. En 2003 sous l’impulsion de Rodolphe Dana, il participe à la création du Collectif des Possédés qui monte entre autres Oncle Vania, Le Pays Lointain et Derniers remords avant l’oubli, Merlin ou la terre dévastée, Planète qu’il co-met en scène avec David Clavel et plus récemment Platonov. Il crée Brushing Production avec Cathy Verney et met en scène plusieurs courts-métrages dont Transport en commun et Pour quelques cachets de plus. A la télévision il joue notamment dans la série Hard, au cinéma dans Regarde-moi de M. Nicoletti et Pourquoi tu pleures de Katia Lewkowicz.